Voulez-vous changer de métier ? Vous en avez ras le bol de la routine, d’un travail qui ne vous motive plus… Vous souhaitez plutôt vous approcher de vos valeurs, de vos désirs, du besoin de vous sentir socialement utile, bref vous voulez avoir une vie professionnelle épanouissante. C’est tout à fait légitime.

Avant de vous inscrire

Voulez-vous changer de métier ?

Vous en avez ras le bol de la routine, d’un travail qui ne vous motive plus… Vous souhaitez plutôt vous approcher de vos valeurs, de vos désirs, du besoin de vous sentir socialement utile, bref vous voulez avoir une vie professionnelle épanouissante. C’est tout à fait légitime.

ATTENTION, une décision précipitée risque de vous conduire vers de nouvelles frustrations. Alors avant d’emprunter la voie de la reconversion, mieux vaut prendre le temps de réfléchir et d’évaluer les risques

Décortiquez vos motivations !

Elles peuvent venir de très loin. Un rêve d’enfant jamais réalisé, l’envie de ressembler au pasteur de votre paroisse, de faire comme le physiothérapeute qui vous avait si bien soigné, des études de médecine auxquelles vous avez dû renoncer, etc.: ce sont des raisons suffisantes pour alimenter votre réflexion.

Imaginez-vous dans votre nouvelle peau !

Donnez-vous la liberté de vous projeter dans le futur, tentez un lien entre vos passions et votre futur métier. Sortez du cadre de la réalité et libérez votre esprit. A ce stade, vous avez le droit de laisser votre esprit vagabonder, voire délirer,  mais c’est plus tard qu’il s’agira de remettre les pieds dans la réalité.

Confirmez vos envies !

De nombreux centres de compétence sont à votre disposition pour vous permettre de faire le bilan de vos savoirs. Cela vous conduira vers une prise de conscience des aptitudes que vous pourriez transférer dans votre future activité : l’écoute, la tolérance et même les capacités en marketing peuvent  s’avérer très utiles.

Analysez au plus près l’activité visée ! 

Informez-vous sur la réalité du domaine dans lequel vous voulez exercer. N’hésitez pas à interroger vos connaissances, votre thérapeute, les associations professionnelles. Le temps passé à récolter ce genre d’informations peut vous aider à prendre la bonne décision. Vous pourriez mieux mesurer l’écart entre votre rêve et la réalité.

Choisir la bonne Ecole ! 

Tout, dans votre analyse, vous suggère de faire un pas supplémentaire et si vous êtes en phase de reconversion, vous devez passer par la case « formation ». Si votre choix s’est fixé sur le monde des thérapies complémentaires, il faudra, selon toute probabilité, acquérir des nouvelles compétences et savoir-faire.

C’est ici que les choses se compliquent. Par un rapide surf sur internet, vous prenez conscience qu’aucun Institut de formation officiel ne vous prépare au métier que vous envisagez et qu’il y a pléthore d’écoles privées. Les programmes sont différents d’une école à l’autre, la durée des formations est très variable, certaines écoles proches de votre domicile, d’autres à des centaines de kilomètres, la fourchette de prix allant du simple au double vous plonge dans le désarroi. Que faire ?

  • Demandez autour de vous et renseignez-vous sur la réputation de l’école qui vous intéresse,
  • Contactez les associations professionnelles telles que APTN, FSM et n’hésitez pas à demander leur avis,
  • Méfiez-vous des « reconnaissances » étalées en première page et des titres pompeux couramment utilisés,
  • Vérifiez que les certifications affichées correspondent bien à une réalité,
  • Comparez le contenu des programmes et assurez-vous que la durée annoncée porte bien sur des heures de cours de contact avec un professeur et non sur du travail personnel,
  • Ayez quelques doutes sur le cumul des fonctions commerciales et pédagogiques pratiqué par de nombreux instituts,
  • Dites-vous bien que l’école près de chez vous n’est pas forcément la meilleure,
  • Evaluez soigneusement si un « bon thérapeute » peut également être « un bon pédagogue »,
  • Participez à une ou plusieurs séances d’information et posez toutes les questions qui vous paraissent pertinentes,
  • Interrogez les responsables sur le contrôle pédagogique que l’école exerce sur ses professeurs,
  • Interrogez-vous sur le devenir professionnel des anciens élèves et, surtout, n’oubliez pas que vous êtes un « client » avec des droits avant de devenir un « élève ».

Prévoir les coûts ! 

Vous avez sondé votre passé, vos motivations, vos compétences, bien mesuré l’impact de votre décision sur votre vie future. Vous avez été prudent, vous avez posé toutes les questions, négocié votre projet avec vos proches, bref, il s’agit maintenant de concrétiser votre désir de changement. Attention, une nouvelle formation a un coût en termes de manque à gagner, de factures à payer, de déplacements à prévoir, de matériel et de livres à acheter, etc. etc. Calculez soigneusement l’argent nécessaire à la réalisation de votre projet. Vos finances vous permettent-elles de soutenir l’effort que vous envisagez ?

Fixez-vous des objectifs ! 

Dès que l’on dépasse les 30 ans, le temps n’est plus perçu de la même manière que lorsqu’on en avait 18. L’urgence n’est pas une bonne conseillère et vous risquez de vous disperser. Etablissez des objectifs à court, à moyen et à long terme. Avancez dans votre projet selon votre degré de satisfaction et en fonction des étapes franchies. Ne souscrivez qu’à des cursus qui vous permettent de compléter une étape avant d’aborder l’étape suivante. Ainsi, en cas d’insatisfaction ou de coup dur, il vous sera possible de vous retirer sans y laisser trop de plumes.

En conclusion, préparez avec minutie votre reconversion et soyez prêt(e) à travailler dur. La récompense en sera un changement radical de votre mode de vie et de votre rapport à l’environnement, vous serez en phase avec vos valeurs, vous vous sentirez plus utile pour vos proches et à la société. Vous aurez ainsi réalisé votre rêve en toute connaissance de cause.

Horace Papale

Directeur HP -Formation